Photo d'une assemblée avec 4 speakers

Photo prise lors de la matinée de MySezame Le Club le 4 novembre 2019 à la maison du crowdfunding

Le 4 novembre dernier, MySezame Le Club organisait une matinée inspirante sur la finance responsable, en deux temps. Trois grands témoins ont partagé leur vision et leur expérience éclairante, autour d’une table ronde : Eric Coisne, en tant que Directeur Associé de RAISE Impact, Hugues Le Bret, co-fondateur de Nickel et Olivier Jaillon, Chief Enablement Officer de La Parisienne Assurances. Des ateliers ont ensuite permis aux membres du Club de travailler en collectif, pour passer à l’action. Anne-France Bonnet, fondatrice du cabinet Nuova Vista, co-initiatrice et Secrétaire générale de la Communauté des Entreprises à Mission, est venue conclure sur l’intérêt de « la raison d’être », les incitations et retombées de la Loi Pacte.

MySezame Le Club est une communauté de décideurs et collaborateurs investis pour placer les enjeux sociaux et environnementaux au cœur de leur entreprise. Pour se tenir informés des dernières tendances et innovations socioéconomiques, se rencontrer et s’inspirer des pionniers du business à impact, les membres se retrouvent autour de quatre matinées annuelles thématiques. La première de l’année se déroulait à la Maison de Crowdfunding. Géré par KissKissBankBank, ce lieu de pédagogie sur la finance alternative est ouvert à ceux qui font l’économie de demain.

Pourquoi la finance responsable ?

S’il y a un sujet transverse et prospectif à tous les secteurs et métiers, c’est bien celui de la finance. De plus en plus d’acteurs financiers et assurantiels questionnent leurs pratiques, leurs offres et leurs impacts sur la planète. Face au problème climatique, comment penser de nouveaux modèles d’entreprises ou réinventer son business ? De quelles façons créer des produits ou services plus inclusifs socialement ? Dans la peau d’un prescripteur de la finance responsable, avec quels arguments convaincre les décideurs et parties prenantes de l’investissement ?

Un mouvement de fond(s)

Une conviction forte est partagée par les intervenants : la finance responsable est un « mouvement de fond », certainement pas un « effet de mode » ! Églantine Tuaillon, Responsable communauté MySezame et animatrice de la table ronde, évoque un « point de bascule ».

« Les entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à viser un rendement économique équitable, associé à un impact social et environnemental. En parallèle, les investisseurs souhaitent désormais donner du sens à leur argent », s’enthousiasme Eric Coisne, Directeur Associé de RAISE Impact et fin connaisseur du monde de l’entrepreneuriat. Ce fondateur et dirigeant de plusieurs sociétés par le passé, multiplie les engagements aux côtés des créateurs d’entreprise – Réseau Entreprendre Île-de-France, Fondation Entreprendre, Ticket for Change, ou encore Ashoka.

« Face à l’urgence climatique, à la surexploitation des ressources naturelles, ou aux inégalités sociales, les entreprises ont le pouvoir de faire bouger les lignes. Par leur capacité d’innovation, elles développent de nouvelles voies, des nouvelles filières ». Sur les marchés, en finance responsable, les best in class font les meilleurs efforts quel que soit leur secteur d’activités. Les best-effort démontre une volonté d’amélioration de leurs pratiques habituelles, ou la mise en place de moyens pour changer dans le temps.

« Filtre urgent et systémique »

Directeur Associé, Eric a fondé RAISE Impact avec Aglaé Touchard-Le Drian, une société d’investissement en charge d’un fonds de 100 millions d’euros, confié par la Fondation de France, dédié à l’investissement dans des projets à impact à travers l’accompagnement de PME et de startups à mission ou en transformation. Avant d’investir dans une entreprise, le board se demande si elle a une approche systémique, pour « apporter des changements profonds » et une réponse à une problématique urgente. « C’est notre filtre U et S, pour urgent et systémique », explique Éric en donnant un exemple concret.

« La perte de biodiversité est sans doute le plus grave problème de la planète. En 40 ans, nous avons perdu 60% des populations d’animaux sauvages. L’agriculture est responsable de 70% de la déforestation ».

Face à ces constats alarmants, RAISE Impact a investi dans M2i, leader européen de la production et distribution de phéromones de biocontrôle, comme alternative biologique aux insecticides.

Croissance des inégalités + de l’activisme = produits plus inclusifs

Pour Hugues Le Bret, il y a une tendance fondamentale de mondes à deux vitesses.

« Depuis une vingtaine d’années, les classes populaires ont un sentiment de déclassement », observe-t-il en  citant une étude Panorabanques, selon laquelle 21% des Français sont chaque mois, en situation de dépassement de découvert autorisé, et 40% au moins une fois par trimestre. D’un autre côté, « un segment important de la population de plus de 60 ans ayant de hauts revenus, se préoccupent peu des enjeux sociétaux et consomment beaucoup, en particulier dans le secteur du luxe ».

« En parallèle, c’est la première fois qu’il y a un pessimisme aussi fort sur l’avenir, avec une crainte des générations futures de vivre plus mal ».

Selon Hugues, la conscience des problématiques sociétales démarre de plus en plus jeune. Elle s’accroit chez les Millennials, certains développant un véritable militantisme. Aujourd’hui, pour beaucoup d’entre eux, « ce qui est fort et puissant provoque le rejet. Il y a un sujet majeur de rupture complète de segment de clientèle qui ne veut plus de ces anciennes marques. Comment faire pour y remédier ? », lance-t-il avant de rapporter sa propre expérience d’entrepreneur.

Les cofondateurs de Nickel ont souhaité créer un service bancaire alternatif, ouvert à tous – y compris aux interdits bancaires, sans condition de revenus. Le compte s’ouvre chez un buraliste pour 20 € par an. Le découvert n’est pas autorisé, revenant 2 à 3 fois moins cher qu’un compte en banque ordinaire. Sur le marché bancaire, les « néo-banques » représentent actuellement plus du tiers des nouvelles entrées en relation, chaque année. La